Dans le cadre de la politique culturelle de l’université de Poitiers, le service culture organise depuis 2016 des résidences d’artistes qui donnent lieu à des rencontres publiques sur le territoire, et des actions de médiation auprès de la communauté universitaire.

Résidence 2022 / 2023

Thomas-Verhille

Thomas Verhille (bande dessinée)

Septembre 2022 – février 2023

http://thomasverhille.fr/

Après une enfance passée à lire des bandes dessinées et arpenter les chemins forestiers et campagnards du Nord de la France, Thomas Verhille passe un Baccalauréat littéraire avec une option en Arts Plastiques. Il poursuit ensuite avec une première année à l’Ecole Régionale Supérieure d’Expression Plastique (ERSEP) de Tourcoing avant de rejoindre l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image (EESI) à Angoulême, où il obtient un Diplôme National d’Arts Plastiques (DNAP).

Depuis, il participe à de nombreux livres collectifs, explore le monde de la micro-édition et auto-édite ses expérimentations graphiques, avant de publier son premier ouvrage de bande dessinée, Ciao Bitume, aux éditions 6 Pieds sous terre, en mars 2020.

Nourri par le cinéma, la littérature, la peinture, la gravure, la photographie, l’histoire de l’Art de manière générale, Thomas Verhille tâche de créer au fil du temps son propre mode d’expression.

Il aime mettre en scène des histoires dans lesquelles se bousculent les ambiances, où l’action se mêle à la contemplation, la violence à la poésie, l’horreur à l’onirisme… L’humain s’y confronte à l’animal, l’industriel à la vie sauvage, le réel au fantastique.

Il travaille régulièrement sur divers projets d’illustrations de commande (affiches, logos, etc.) où le documentaire prend une place de plus en plus importante : Tlacuilos, de Federico Peixoto sur l’histoire du graffiti en Amérique Centrale ; Pépites, ouvrage collectif de portraits de cuisinier.e.s engagé.e.s ; Sri Landaise autobiographie de Maylis Dartigue ; ou plus récemment un guide sur l’éco-pastoralisme dans le Médoc et une carte du Parc des côteaux pour le compte du « Grand projet des villes Rive droite » à Bordeaux.

A l’université de Poitiers, Thomas Verhille intègre le laboratoire Ecologie Biologie des Interactions (EBI) dont les travaux de recherche ont pour but d’apporter des réponses aux grandes problématiques liées à la fois au changement climatique global, aux conséquences des activités humaines sur l’environnement et à leurs effets, directs ou indirects, sur la santé environnementale et humaine. Il tirera de cette immersion la matière pour réaliser une proposition artistique originale qui sera présentée en avril 2022.

Tout au long de sa résidence des actions de médiation seront menées en direction de la communauté universitaire ou du grand public pour faire connaître son travail.

Vomir Cordeiro (recherche chorégraphique)

Vomir Cordeiro (recherche chorégraphique)

Octobre 2022-avril 2023

https://volmircordeiro.com/volmir-cordeiro/

L’université de Poitiers, en partenariat avec le TAP, invite le danseur, chorégraphe et chercheur brésilien Volmir Cordeiro pour y créer la pièce Queimada avec les étudiants et étudiantes de l’Atelier de Recherche Chorégraphique de l’université de Poitiers.

Chorégraphe, danseur et chercheur brésilien, Volmir Cordeiro est d’abord interprète pour plusieurs chorégraphes (Xavier Le Roy, Emmanuelle Huynh, Vera Mantero, Nadia Lauro & Zenna Parkins, Lâtifa Laabissi et Rodrigo García) avant de créer, au sein de sa compagnie Donna Volcan, ses propres spectacles à partir de 2012 : le cycle de soli Ciel, Inês et Rue puis la pièce pour quatre danseurs L’Œil, la bouche et le reste ainsi qu’une exposition vidéo du même titre autour des poétiques du visage dans l’histoire de la danse, puis Trottoir en 2019 et Métropole en 2021 (créé à Points communs).

Il enseigne régulièrement dans des écoles de formation chorégraphique et signe l’ouvrage « Ex-Corpo », consacré aux figures de la marginalité en danse contemporaine et à la notion d’artiste-chercheur.

Artiste associé à la Scène Nationale de Cergy-Pontoise Points Communs, et à la Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne à Vitry, sa compagnie Donna Volcan, soutenue par la Drac au titre de l’aide à la structuration, pense le volcanique comme le fondement de la création : la terre, le feu, l’air et la pulsion vitale.

En 2021, Volmir Cordeiro a reçu le prix SACD Jeune Talent Chorégraphie.

Queimada en brésilien veut dire brûlée, comme une main brûlée, une forêt brûlée ou une bibliothèque brûlée. On peut aussi dire d’une personne queimada qu’elle s’est fait grillée. C’est également la traduction que l’on fait du jeu sportif Balle aux prisonniers, où lorsque la personne se fait toucher par le ballon, elle se fait brûlée, éliminée, envoyée à la prison pour le jeu en France ou au ciel au Brésil.

Pour ce travail avec les étudiant.e.s, la queimada est le point de départ pour construire un terrain de jeu où d’autres relations puissent émerger. Il s’agit d’interroger et de reconsidérer les règles afin de faire apparaître des communautés possibles, provisoires et fugitives.

Dans un terrain démarqué par l’action des corps et ses gestes, il est question de traverser des disputes, des jeux, des fusions, des fêtes, des coopérations, des danses, des célébrations, des brûlures. À l’intérieur du terrain tout peut surgir à condition qu’on ne brûle personne pour qu’elle soit éliminée. Au contraire, le ballon sera la métaphore du feu et lorsqu’il touche quelqu’un, c’est le feu dans sa puissance vitale qui rencontre la personne queimada.

La pièce sera présentée le mercredi 5 avril 2023 dans le cadre du festival A Corps.

Archives : l'université de Poitiers a accueilli...


  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !