Collectif à 13 membres, Manger le Cul est né le 20 décembre 2018. Ces « 13 paires de fesses » viennent d’ici et d’ailleurs, entre Poitiers, Bordeaux et Melle.

« Nous monterons sur scène non pas parce que nous avons beaucoup de choses à dire mais parce que nous avons un tas de choses urgentes à y faire que nous ne pouvons pas faire ailleurs », telle est leur note d’intention.

"Manger le cul" - lauréat 2019 du dispositif Impulsion

Voir la vidéo de présentation.

Dynamiques, entreprenant.es, allié.es dans cette ligne subversive, les étudiant.es de Manger le Cul vibrent d’une même énergie ardente et d’un humour corrosif. Comme une nécessité, une urgence à se faire entendre, voir, à bousculer les contours du théâtre et de la danse.

Toutes et tous issu.es de l’Atelier de Recherche Chorégraphique avec les pièces Réveiller vous belle endormie en 2013-2014 (François Chaignaud et Cecilia Bengoléa), Ouverture(s) en 2014-2015 (Emmanuelle Huynh) Front contre Front en 2015-2016 (Gaëlle Bourges), 22 en 2016-2017 (Mickael Phelippeau), Castors (puisque tout est fini) en 2017-2018 (Marlène Saldana et Jonathan Drillet) et Nous vaincrons les maléfices en 2018-2019 (Olivia Grandville), proposé par le SUAPS de l’université de Poitiers en partenariat avec le TAP, le collectif Manger le Cul prend le relai pour faire corps avec ce même portrait de la « jeunesse créative et décomplexée. ».

En juillet, au cours d’une première résidence de trois jours, ils ont entamé autour d’une table de la Maison des Etudiant.es une écriture de plateau, se questionnant sur le projet à construire. « Manger le cul a préféré rester le postérieur assis afin d’aborder les questions administratives, logistiques et politiques ».

Pour ce premier spectacle « Sinon on ferait une fête », l’idée est de sillonner à vélo la France des régions, rurale et traditionnelle, de partir à la rencontre des locaux pour recueillir un concentré de cultures populaires, de traditions ancestrales et de folklores contemporains. Ils se demandent… pourquoi pas les porter au plateau ?

 

C’est ainsi que le 1er aout, Manger le cul a chevauché son vélo pour démarrer son Tour de France des Folklores !

Rendez-vous pendant les JACES (Journées des Arts et de la Culture dans l’Enseignement Supérieur) du 31 mars au 2 avril pour la première représentation.

En attendant, retrouvez leurs bouillonnements de pensées et les avancées du projet sur la page FB de Manger le cul et sur la page FB de la Maison des Etudiant.es.

Impulsion ?

Le dispositif Impulsion, lancé en 2019, permet d’accompagner la création artistique étudiante à des fins professionnelles.

Résidences, stages, formations, forums, accompagnement à l’ingénierie de projet culturel et aide financière, achat de la première représentation… Impulsion offre plusieurs ressources donnant un cadre professionnel à des envies créatrices.

Pour cette première édition, les deux compagnies lauréates seront en résidences de juillet 2019 à mars 2020 et restitueront leurs projets lors des Journées des Arts et de la Culture dans l’Enseignement Supérieur (31 mars au 2 avril).

Logo Impulsion

 

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !