Cette stratégie « zéro déchet » qui s’inscrit pleinement dans le Schéma directeur de développement durable de l’université de Poitiers s’appuie sur trois axes forts : réduction des déchets, mise en place d’une politique ambitieuse de tri et recours à l’économie circulaire.

Réduire les déchets

Face à l’urgence environnementale de réduire les déchets, l’université de Poitiers s’est engagée dans une stratégie ambitieuse afin de réduire la quantité de ses déchets produits mais aussi de les trier correctement en vue de leur recyclage, voire d’éviter complètement de produire certains types de déchets.

Ce qui se traduit par toute une série de mesures :

  • Mutualisation et caractérisation des conteneurs de tri entre les sites scientifiques et tertiaires pour inciter à la diminution des volumes de déchets
  • Mise en place d’une politique d’achat volontariste : harmoniser et mutualiser les livraisons pour éviter les emballages superflus ; faire le choix de matériels conditionnés avec moins d’emballages ; opter pour des produits éco-conçus…
  • Sensibilisation des étudiant·e·s sur les éco-gestes et notamment à bien utiliser les poubelles de tri installées à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments
  • Organisation d’opérations spécifiques du type « Zéro mégot » pour inciter les étudiant·e·s et les personnels à ne pas jeter leurs cigarettes dans la nature…

Renforcer la politique de tri

L’université de Poitiers s’efforce aussi d’être exemplaire en matière de tri :

  • Par une diversification des points de collectes (6 à 7 tris différents).
  • Par une gestion de ses déchets classiques (papiers, cartons, ordures ménagères…) et ceux plus spécifiques (déchets électroniques, chimiques, radioactifs…) via des filières responsables. Aujourd’hui, 100 % de ces déchets gérés en central, sont traités par ces filières.
  • Par une valorisation des déchets verts via sa plateforme de compostage. Une nouvelle plateforme est actuellement à l’étude qui devrait recueillir l’ensemble des déchets verts de l’Université, du CHU et certains déchets fermenticide du CROUS.

Privilégier l’économie circulaire

Le tri passe aussi par le réemploi. Dès que cela est possible, l’Université réaffecte le mobilier qui ne serait plus utilisé par une des composantes ou services de l’établissement. Dans le cas où ce réemploi n’est pas envisageable, celle-ci fait appel à une association, Valdélia (éco-organisme à but non lucratif agréé par le ministère de la transition écologique et sociétale) qui prend en charge la gestion et le traitement du mobilier professionnel usagé.

Ont également été mis en place ponctuellement sur le campus, en direction des étudiants, une ressourcerie / recyclerie ou encore un Repair café qui propose des ateliers de réparation d’objets de la vie courante.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !