Enseignante-chercheuse à l’Université Fédérale du Cariri (UFCA), au Brésil, depuis 2009, Rebeca Grangeiro est titulaire d’une thèse en Psychologie du Travail soutenue en 2015 et consistant en l’analyse de l’organisation du travail chez les artisans brésiliens et le sens que ces artisans attribuent à leur travail. Francophone et francophile, elle avait déjà effectué un séjour en France, en 2014, grâce au soutien d’une bourse CAPES (Coordination de l'amélioration du personnel de niveau supérieur) qui lui permit de réaliser un stage doctoral de 12 mois à l’Université Paris Descartes.

Depuis mars 2018, elle oriente ses travaux sur les femmes occupant des postes de haut niveau dans les organisations publiques et surtout les universités brésiliennes. Les objectifs de cette recherche, soutenue par la Fondation FUNCAP (Fundação Cearense de Apoio ao Desenvolvimento Científico e Tecnológico), sont de comprendre les trajectoires professionnelles de ces femmes et analyser leurs profils personnels et professionnels.

 La recherche menée grâce à la bourse Coimbra s’inscrit dans le paradigme actuel des travaux sur les stéréotypes de genre susceptibles d’entraver les trajectoires professionnelles des femmes. Plus spécifiquement, elle a pour objectif de mettre à jour des processus discriminatoires entrez les femmes elles-mêmes, non pas parce qu’elles mettraient en place des stratégies de compétition entre elles, mais parce qu’elles auraient été contraintes d’intégrer des identités masculines pour réussir. Cet effet, appelé « Phénomène Reine des Abeilles » (Queen Bee Phenomenon – QBP) est bien documenté dans le secteur privé mais peu dans les secteurs académiques. Madame Grangeiro a donc travaillé avec Madame Catherine Esnard (Maître de Conférences HDR au CeRCA) au repérage de ce phénomène dans le secteur universitaire, français et brésilien. Durant son séjour à Poitiers, elles ont mis en place un protocole de recherche, via des entretiens conduits auprès d’enseignants-chercheurs et de personnels BIATSS, hommes et femmes, occupant des postes de différents niveaux. Ce travail collaboratif se poursuivra via une enquête en ligne.

Idéalement, ces travaux sont en ligne avec la politique menée à l’Université de Poitiers en faveur de l’égalité professionnelle des femmes et des hommes, quelles que soient leurs catégories professionnelles.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !