Une myriade d’événements pour évoquer un cycle mensuel qui dure en moyenne une quarantaine d’années, celui des menstruations.

Bien que vécues par de nombreuses femmes, de personnes trans et non binaires, les règles restent un tabou majeur dans de nombreuses sociétés. Phénomène « trop » physiologique, « trop » biologique, les multiples métaphores qui les désignent (ragnagnas, coquelicots, etc.) peuvent être comprises comme les manifestations d’une forme de répulsion. En retournant le stigmate et en s’appropriant la monstruosité parfois associée à ce sang ne provenant d’aucune blessure, nous avons forgé le mot Menstrueuses qui nous semble révélateur de ces tensions.

En conviant les sciences humaines et sociales, la littérature, les arts, les associations qui militent pour une réappropriation du corps, nous aborderons au cours de cet événement la représentation, l’histoire, l’approche sociale et technologique des règles mais également la fabrique médicale des corps menstrués.
Nous souhaitons que cet événement soit inclusif et mêle les publics et les approches. Ainsi, des militant.es, des universitaires et des étudiant·es sont parties prenantes de ce projet. Ce fanzine constitue l’un des nombreux témoins de l’implication de ces dernier.es – au même titre que leur présence lors des tables rondes, des stands, des cafés-menstrues et des moments d’échanges à venir.

Programme

À partir de 16h.  Dire et voir les menstrues.
Table ronde
Introduction par Marion Coville, Héloïse Morel et Stéphanie Tabois.
Échanges avec Alice Armenio, Clémence Blet, Sophia Evezard et Juliette Guy, étudiantes du master Livres et médiation, université de Poitiers ; Stéphane Bikialo, professeur en langue et littérature françaises, Forellis, UFR Lettres et langues, université de Poitiers ; Julia Barantin et Tom Pascaud van der Meersch, membres du Club de Bridge et Maël Baussand, artiste plasticienne, photographe et chercheuse.

Rdv sur YouTube pour assistez à la table ronde

19h. Gériatrix brother and sisters avec la contrebassiste Nelly Mousset
Lecture, performance et improvisation.
Une proposition du Lieu multiple.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !