L’Ecole francophone de prélèvement multi-organe (EFPMO) et la Faculté de médecine et pharmacie de l’université de Poitiers organisent la 2e édition de la formation pratique des chirurgiens préleveurs d’organes. Cinquante apprenants venus de toute la France se forment pendant une semaine au prélèvement multi-organe notamment sur Simlife®, le modèle cadavérique humain revascularisé, inventé à Poitiers.

Cette année, 15 chirurgiens Lybiens sont également accueillis pendant 3 semaines pour suivre des formations théoriques et pratiques.

Poitiers au cœur de la formation au prélèvement d’organe

En 2017, l’Ecole francophone de prélèvement multi-organe (EFPMO) s’implantait à Poitiers pour bénéficier de l’expérience et du savoir-faire du Laboratoire d’Anatomie Biomécanique et Simulation (ABS lab) de l’université de Poitiers. Fort du succès de la 1ère édition, la formation pratique au prélèvement d’organes réunit cette année cinquante nouveaux apprenants.
L’un des enjeux en médecine est de permettre une formation pratique qui évite de pratiquer pour la première fois sur le patient. Et c’est tout l’intérêt de l’innovation Simlife® : proposer un modèle capable de reproduire les conditions réelles d’un prélèvement en bloc opératoire. Ce modèle cadavérique est capable de simuler dans les artères une pulsation artérielle de faux sang coloré et réchauffé ainsi qu’une respiration afin que les mouvements du diaphragme puissent gêner le chirurgien, comme dans une situation réelle.

Des chirurgiens Libyens se forment à Poitiers !

Parce que la chirurgie de pointe ne doit pas avoir de frontière, plusieurs acteurs locaux dans le domaine de la santé se sont unis pour recevoir pendant 3 semaines, 15 chirurgiens Libyens pour des formations théoriques et pratiques. Financée par un programme européen, cette formation va permettre de former les chirurgiens dans le domaine de la chirurgie vasculaire, digestive, thoracique et cardiaque.
Au programme, entrainements sur des simulateurs de cœlioscopie : une technique qui permet des interventions moins invasives en accédant à la cavité abdominale sans ouvrir la paroi abdominale.

Les chirurgiens Lybiens vont également s’entrainer sur un simulateur numérique développé par les chercheurs de l’équipe Robotique, Biomécanique, Sport, Santé (RoBioSS) du laboratoire P’ de Poitiers. L’exercice consiste à réaliser une intervention chirurgicale virtuelle en essayant de reproduire les gestes idéaux enregistrés au préalable. Munis de capteurs sur les bras et les mains et entourés de caméras, les apprenants visualisent dans un environnement virtuel leurs gestes par rapport à la valeur étalon et peuvent les ajuster en temps réel (amplitude, vitesse…). Enfin ils pratiqueront également des interventions sur le modèle Simlife®.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !