Organisée depuis 1992 par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Fête de la science a pour vocation de rapprocher la science, les scientifiques, d’un large public. L’université de Poitiers participe depuis de nombreuses années à cette manifestation nationale et malgré le contexte si particulier de cette édition 2020, a proposé de nombreuses interventions pour le grand public, conférences, débat scientifique en ligne, visites guidées de laboratoire, expositions.

Diverses thématiques de recherche ont été intégrées au programme de cette Fête de la science avec notamment une conférence sur les « Insectes sociaux », des expositions, des conférences et des visites guidées du laboratoire Paléontologie, évolution, paléoécosystèmes, paléoprimatologie  (PALEVOPRIM),…

Un débat sur la plateforme Twitch intégrant intervenant de l’université mais également des Youtubeurs, sur le thème de l’utilisation des jeux vidéos pour l’enseignement scolaire et universitaire a mobilisé samedi 10 octobre dernier, un nombre de connectés cumulés de 27 000 personnes sur la durée globale du débat de deux heures avec une moyenne de près de 3 000 personnes en simultané.

Vous pouvez également découvrir jusqu’au 14 novembre à la Bibliothèque universitaire sciences du campus, l’exposition «Nature humaine, fragment de nature » ainsi que l’exposition « Tous humains »  jusqu’au 13 novembre à la Bibliothèque universitaire sciences du Futuroscope, des expositions réalisées par le laboratoire PALEVOPRIM.

Les personnels et doctorant(e)s des laboratoires se sont aussi mobilisés pour accueillir des classes, intervenir dans des établissements scolaires, faire découvrir leurs activités de recherche au jeune public avec des ateliers, des conférences, des temps de rencontres. C’est ainsi que des chercheures et des doctorantes de l’université de Poitiers ont participé à Latillé (86), à l’opération « Rencontres avec des femmes scientifiques » à destination des scolaires afin de valoriser les parcours professionnels de femmes en milieux scientifiques.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !