Par Pierre Brulé, professeur émérite en histoire de la Grèce antique à l’université Rennes 2. Conférence organisée dans le cadre du colloque "Pratiques religieuses, mémoire et identités dans le monde gréco-romain".

Les liens du fait religieux avec le social et les conduites de vie constituent, dans les mondes antiques comme pour d’autres périodes de l’histoire, un thème privilégié de l’histoire culturelle. Dans ce domaine, il est possible en particulier de chercher à comprendre dans la diachronie les modalités de l’interaction entre la construction d’identités par les représentations et le jeu des pratiques, dans une optique d’histoire de la mémoire, propice à faire apparaître la richesse de ce qu’on peut appeler la « dynamique du souvenir culturel ». La religion, comme cadre éthique et normatif déterminant l’action des individus et des communautés, a une fonction d’intégration et de socialisation : à ce titre, elle constitue un cadre propice à la transmission de valeurs, de référents et de comportements.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !