Comment le milieu intérieur d’une cellule garde son intégrité grâce à la biomembrane qui la délimite et régule ses échanges spécifiques avec son microenvironnement ? Comment les bactéries qui colonisent la surface de notre intestin régulent l’échange et l’assimilation de molécules qui sont apportées par l’alimentation ou encore comment certains traitements thérapeutiques ciblent cette interface entre la lumière de l’intestin et la paroi intestinale ? ...

Nous évoquerons également la biodiversité naturelle du sol qui comprend divers microorganismes (bactéries et champignons) et dont la plupart vivent dans la partie du sol proche des racines. Dans ce contexte, le système racinaire des végétaux vit en intime relation avec de nombreux champignons bénéfiques. A l’interface entre plantes et champignons se forme un point d’échange et de communication. Actuellement, de nombreux projets de recherche et de développement en agroécologie visent à exploiter ces interfaces symbiotiques qui « nourrissent et protègent les plantes ».

Comment la surface des dents des mammifères, support de nombreuses interprétations paléontologiques, interagit avec son environnement extérieur et comment celle-ci est modelée à travers ces interactions durant son développement embryonnaire, son usage lors de la mastication et au cours de l’évolution….

Comment les propriétés de l’eau, liquide le plus commun à tout un chacun, se modifient à l’approche d’une surface minérale aux différentes échelles d’espace et de temps mais aussi comment cette interaction peut contrôler la migration des éléments dans l’environnement ainsi que leur disponibilité pour le vivant.

Animateur pressenti : Bruno Constantin (STIM)

Participants : Alexandre Crépin et Joan Doidy (EBI), Vincent Lazzari (PALEVOPRIM), Baptiste Dazas et Eric Ferrage (IC2MP)

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !