Pour certains et certaines, l’égalité entre les femmes et les hommes serait déjà bien avancée et ne serait plus un enjeu central.
Il est vrai que les femmes peuvent voter depuis 1944 et ont le droit de travailler sans demander l’autorisation de leur mari depuis 1965. Il est vrai aussi qu’un homme est en moyenne payé 23,5% de plus qu’une femme, l’écart étant de 12,8% à temps de travail et métier équivalent (source : Observatoire des inégalités), qu’en dépit du même âge moyen d’obtention du doctorat, les femmes sont recrutées en moyenne 9 mois plus tard, écart qui se creuse considérablement dans le passage de Maître de conférences (MCF) à Professeur des universités (PR) (43 ans pour un homme ; 47 ans pour une femme).
Autrement dit :
L’égalité de principe F-H est universellement acceptée. Elle est inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948) et dans la Constitution française de 1946 (préambule : elle garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.)

L’égalité réelle F-H est un combat à mener. Cette égalité consiste à assurer l’accès des femmes et des hommes aux mêmes droits, aux mêmes conditions matérielles, aux mêmes ressources, à l’éducation, à l’emploi, aux responsabilités politiques, aux soins… Toute inégalité de traitement dans cet accès, si elle est due notamment au sexe, est considérée (article 225-1 du code pénal) comme une discrimination.

Œuvrer à l’égalité entre les femmes et les hommes, c’est donc encore en grande partie, en 2016, lutter contre les discriminations faites aux femmes, inégalités qui ne s’atténuent que très lentement voire se renforcent (au rythme actuel, il faudrait attendre 2186 pour que les inégalités salariales se résorbent).
Un homme est en moyenne payé 23,5% de plus qu’une femme.
Au rythme actuel, il faudrait attendre 2186 pour que les inégalités salariales se résorbent !"

L'engagement de l'université de Poitiers

Avec la nomination en 2014 d’un vice-président délégué en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, l’Université de Poitiers s’est engagée activement à promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, à lutter contre les stéréotypes, les inégalités et les discriminations liés au genre ou au sexe, et à agir contre le harcèlement à l’Université, au niveau des étudiant·e·s, des personnels administratifs et techniques et des enseignant·e·s chercheur.se.s.

Le 24 avril 2015, le Conseil d’Administration de l’Université de Poitiers a voté à l’unanimité la « Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes », qui invite les Universités :
  • à nommer un-e référent-e ;
  • à utiliser des outils de communication non sexistes, non discriminants, non stéréotypés ;
  • à faire et diffuser un état des lieux statistique sexué ;
  • à organiser des actions de sensibilisation à l’égalité Femmes/Hommes auprès des étudiant-e-s comme du personnel ;
  • à prévenir toute forme de violence et de harcèlement.

 

Actions réalisées ou en cours depuis 2014 :

Mise en oeuvre progressive d’outils de communication non sexistes, non discriminants, non stéréotypés (voir rubrique « Le poids des mots »)
  • Nomination non d’un chargé de mission mais d’un vice-président, ce qui n’est le cas que dans 3 des 68 universités adhérentes à la Conférence Permanente des chargé·e·s de mission Egalité Diversité des établissements d’enseignement supérieur et de recherche (CPED).
  • Etablissement d’un état des lieux statistique sexué, dans ses bilans sociaux et données statistiques (voir « Etat des lieux »)
  • Organisation d’actions de sensibilisation à l’égalité Femmes/Hommes auprès des étudiant-e-s comme du personnel, mais aussi des personnels du secondaire, à travers des enseignements, des projets de recherche et des projets culturels.
  • Application, dès janvier 2015, de la loi Sauvadet imposant 40 % minimum de chaque sexe dans les comités de sélection
  • Préparation (par des discussions avec les associations étudiantes, le CTE, le CHSCT…) de la création d’une cellule contre les violences sexistes, sexuelles et homophobes et le harcèlement (voir rubrique « Discrimination et harcèlement ») (ouverture prévue printemps 2017)
  • Organisation de stages d’auto-défense verbale (novembre 2015, mars 2016, un à venir en mars 2017)

Pour toute demande d’information, de précision ou autre remarque, merci de contacter :

Stéphane Bikialo,
Professeur de linguistique et de littératures françaises
Vice-président à l’égalité entre les femmes et les hommes
et à l’Université citoyenne
Stephane.bikialo@univ-poitiers.fr

 

Textes de référence et Partenaires

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !