Estelle, ingénieur en analyse de sources anciennes

Demeurant l’une des rares spécialistes de l’analyse épigraphique en France, Estelle Ingrand-Varenne est sollicitée par des chercheurs en histoire, archéologues et historiens de l’art de tout le pays pour étudier les inscriptions du Moyen Âge. Sa mission : révéler le sens de ces abréviations réalisées il y a des siècles sur un vitrail, une peinture murale, un monument funéraire… « Je me situe entre l’objet épigraphique et le chercheur. L’analyse de l’inscription consiste bien sûr à traduire le texte, souvent rédigé en latin, mais elle nécessite aussi de situer son contexte, décrire son état de conservation et mettre en évidence les caractéristiques de l’écriture qui permettront de dater l’inscription ».

Des milliers d’inscriptions recensées

Professeur de latin et grec en collège pendant 5 ans, Estelle entreprend une thèse de doctorat en épigraphie médiévale en 2007, dirigée par Cécile Treffort et Cinzia Pignatelli. Coup de chance, à l’issue de ce travail de recherche, le poste d’analyse de sources anciennes du Centre d’études supérieures
 de
 civilisation 
médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers-CNRS se libère. Estelle devient ingénieur d’études du CNRS. Son autre mission : poursuivre la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, un gigantesque inventaire initié par le CESCM à Poitiers il y a plus de 40 ans. « Nous avons déjà constitué plus de 25 000 fiches répertoriant les inscriptions. Les deux tiers de la France sont déjà édités et je m’apprête à publier le prochain volume consacré au département du Cher. En sortant un corpus tous les 2 ans, nous aurons terminé dans 20 ans », évalue-t-elle. 

Des pistes de recherche à foison

Poursuivant cet extraordinaire recensement, l’ingénieur d’études investit quotidiennement les bibliothèques et entreprend ponctuellement de grandes campagnes de terrain. « Ce type de déplacements nécessite une énorme préparation, des études bibliographiques jusqu’aux contacts à nouer avec les chercheurs et les responsables culturels locaux pour identifier les inscriptions qui nous intéressent ». Sur place, chaque détail est relevé et photographié. « Le contact avec les sources m’inspire de nombreuses idées de recherches. J’espère en mener certaines personnellement en devenant chercheur à mon tour dans quelque temps. »


Estelle INGRAND-VARENNE
Ingénieur d’études CNRS
Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) ; UMR Université de Poitiers-CNRS


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr