Doctorants entre Houston et Poitiers

Après un master en Sciences des matériaux, deux étudiants de l’institut Pprime du SP2MI de l’Université de Poitiers, Matthieu Aumand et Jean-Baptiste Giouse ont eu l’opportunité d’effectuer leur doctorat en co-tutuelle au sein des universités de Houston et Poitiers. Retour sur cette expérience américaine engagée depuis deux ans.

Matthieu Aumand et Jean-Baptiste Giouse

Matthieu Aumand et Jean-Baptiste Giouse

Faire un doctorat après un master Ingénierie des matériaux hautes performances ? Matthieu Aumand et Jean-Baptiste Giouse n’avaient pas forcément envisagé cette option et encore moins de le faire aux États-Unis.
Une opportunité en a décidé autrement. En effet, dans le cadre d’une coopération scientifique entre le laboratoire Pprime de l’Université de Poitiers et le Département d’Ingénierie mécanique de l’Université de Houston, ces derniers ont pu postuler sur une thèse en co-tutelle de trois ans, entre Poitiers et Houston.
À la base, seul un projet était proposé par l’Université de Houston. Il portait sur l’étude mécanique des matériaux thermoélectriques. « Pour faire simple, il s’agit de matériaux ayant la propriété de générer de l’électricité quand ils sont chauffés, explique Matthieu Aumand. Ils peuvent avoir des applications dans le domaine des moteurs à explosion par exemple notamment dans la récupération des pertes caloriques afin de les transformer en nouvelles énergies. » 

"L’aventure" américaine

Huit postulants avaient candidaté sur cette offre, dont Matthieu et Jean-Baptiste qui se sont retrouvés en concurrence sur la dernière ligne droite. « C’est Matthieu qui a eu le poste, précise Jean-Baptiste Giouse, mais mon profil a intéressé l’Université de Houston pour un autre projet, financé par une structure privée, sur l’étude d’interface entre un matériau en acier et un revêtement en céramique. » Projet qui a été stoppé au bout d’un an, faute de financement, mais très vite remplacé par un nouveau. Il porte sur l’étude des mousses d’aluminium ayant des propriétés intéressantes en termes d’absorption d’énergie, de son ou encore de choc.

Les deux amis se sont donc retrouvés embarqués dans la même aventure. « Et le mot n’est pas galvaudé. Si en France les étudiants étrangers sont bien encadrés à leur arrivée, là-bas, on doit se débrouiller totalement seuls. Il a fallu que l’on se trouve un logement, on a d’ailleurs été un temps en colocation, et très vite nous avons dû acheter une voiture. Houston est une des villes les plus importantes des États-Unis, les espaces sont très étendus, rien n’est fait pour les piétons. » Toujours en matière d’aventure, les deux compères ont vécu, cette année, le passage de l’ouragan Harvey. « Un moment terrible, nous avons été enfermés pendant trois jours dans nos appartements, précise Matthieu, c’était très impressionnant. »

Des universités complémentaires

Côté recherche universitaire, ils reconnaissent que les débuts ont été un peu mitigés. « En effet, contrairement en France, la première année de thèse est très scolaire avec des cours et des examens, poursuit celui-ci. Ce n’est véritablement qu’en deuxième année que nous sommes entrés dans le vif du sujet de la recherche. »
Depuis, ils partagent leur temps entre les États-Unis et la France avec toutefois une présence plus marquée sur Houston. « Nous ne revenons en France que quatre mois dans l’année, mais ce n’est pas pour des vacances, sourit Jean-Baptiste. Comme les deux universités sont complémentaires en matière d’équipements, nous en profitons pour faire ici les manipulations qui ne sont pas possibles là-bas. »
Aujourd’hui, il leur reste encore un an de thèse. Pour ce qui est de leur avenir proche, les deux doctorants n’ont encore rien planifié mais sont malgré tout tentés de poursuivre l’aventure américaine. « Il est clair que cette expérience sera valorisante sur notre CV en France, mais les aubaines en termes d’emplois aux États-Unis sont importantes. » Ils envisagent certainement de poursuivre en post-doc, mais d’ici là, une nouvelle opportunité en décidera peut-être autrement.  

Publié par webmaster

Dernière mise à jour le 16 novembre 2017


"L’esprit grand ouvert"

À l’Université de Poitiers, l’ouverture à l’international occupe une place essentielle, permettant à ses laboratoires de recherche et ses départements de formation un rayonnement et une attractivité dans un grand nombre de pays étrangers.
À l’occasion de la campagne de communication « L’esprit grand ouvert », retrouvez les portraits de celles et ceux qui font l’international à l’Université de Poitiers.
Recherche d'une actualité


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr