Communiqué : L’université de Poitiers rappelle son attachement au débat mais dénonce les dégradations réalisées par le squat au sein de l’Hôtel Fumé.

L’université de Poitiers a affirmé à plusieurs reprises, et dès le mois de décembre 2017, son attachement au principe fondamental de libre accès à l'enseignement supérieur sans aucune forme de sélection.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants, dite loi ORE, et entrée en vigueur le 8 mars 2018, l’université de Poitiers s’est engagée à maintenir des capacités permettant d’accueillir tous les bacheliers de l’académie. Lors de son conseil d’administration du 6 avril, elle s’est engagée à accepter, sans condition, toutes les candidatures dans les filières qui ne sont pas sous tension, c’est-à-dire 80 % de ses formations. Pour les formations en tension, l’université de Poitiers a réaffirmé son refus du tirage au sort. Un appel au dialogue et à l'ouverture d’une discussion avec les organisations syndicales sur la mise en œuvre de la Loi ORE et de Parcousup a été lancé par le Président de l’université de Poitiers dans une tribune publiée le 18 avril.

Des étudiants se sont mobilisés au sein de l’université depuis le mois de février 2018, contre la Loi ORE et Parcoursup. Ce mouvement s’est traduit par l’organisation d’Assemblées Générales, dans le respect des principes de la délibération démocratique. L’université a mis à disposition des étudiants des amphithéâtres permettant ainsi la tenue d’échanges paisibles.

Depuis lundi 23 avril, l’université de Poitiers est confrontée à une nouvelle forme d’action violente et illégitime, conduite par quelques personnes se revendiquant explicitement comme « antidémocratique » (1). Des dégradations importantes (2) ont été commises à l’Hôtel Fumé et sur le campus de Poitiers. Les dégâts sont d’ores et déjà estimés à plus de 80 000 euros pour une remise en état. L’université de Poitiers a déposé les plaintes nécessaires contre ces dégradations intolérables.

L’université de Poitiers appelle à un retour à une situation respectueuse des personnes, des bâtiments et des principes du débat démocratique. Le retrait sans délai du squat en cours au sein de l’Hôtel Fumé ainsi que l’arrêt de toute forme de blocage ou d’occupation nocturne sont exigés, car ce type d’action décrédibilise tout mouvement étudiant.

L’université rappelle qu’elle est attachée au respect du débat démocratique.

(1) Article Nouvelle république du 24/04/2018
(2)  Photos des dégradations

Publié par webmaster

Dernière mise à jour le 25 avril 2018


Recherche d'une actualité


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr