Vers une plus grande ouverture sur l’Indonésie

Via un financement Erasmus + de Mobilité internationale de crédits, deux enseignantes de l’Université de Poitiers, Christine Imbert, professeur à la faculté de Médecine-Pharmacie et Florence Berne, maitre de conférences à l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Poitiers (ENSIP) ont été accueillies dans deux universités en Indonésie. Objectifs : mieux connaître les institutions dans une logique d’envoi de stagiaires et évaluer les opportunités de collaborations en matière de recherche.

Séminaire organisé à la fac de Médecine d'UGM

Séminaire organisé à la fac de Médecine d'UGM

En juillet 2016, les universités d’UNDIP (Diponegoro University) et d’UGM (Université Gadjah Mada) situées dans l’île de Java en Indonésie ont accueilli durant 15 jours deux enseignantes-chercheuses de l’Université de Poitiers : Christine Imbert de la faculté de Médecine-Pharmacie et Florence Berne de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Poitiers (ENSIP).

Christine Imbert est à l’origine de ce déplacement, porté par un projet de Mobilité internationale de crédits : « Régulièrement, depuis plusieurs années, des étudiants de médecine et pharmacie partent en Indonésie pour des stages d’été. Jusqu’à présent, c’était le professeur Gérard Mauco qui coordonnait cette mission d’envoi de stagiaires aussi bien pour le secteur médecine que pharmacie. Dernièrement, il m’a été demandé d’assurer cette coordination pour le secteur pharmacie. Ce que j’ai accepté. Mais, il était important pour moi de connaître les sites où j’allais envoyer les étudiants, notamment les interlocuteurs, les laboratoires d’accueil, les spécialités, de façon à mieux les orienter. » L’autre attente de Christine Imbert portait sur la recherche. « Mes axes de recherche portent sur les infections et risques infectieux liés au développement d’un  biofilm (consortium microbien peu sensible voire complétement résistant aux traitements antimicrobiens conventionnels) aussi bien dans le contexte des soins dentaires, du fait développement d’un biofilm dans l’eau alimentant l’unité de soins dentaires, que dans celui de la prévention et du traitement des infections associées aux dispositifs médicaux, notamment chez les patients porteurs d’un cathéter vasculaire. L’Indonésie possède énormément de bio-ressources qui ne sont pas encore exploitées, je pense qu’il y a un intérêt à explorer ces ressources pour trouver de nouvelles molécules actives contre ces biofilms. »

« Rayonnement de l’Université de Poitiers »

Fort de ces souhaits, cette dernière a fait une demande Erasmus + pour la mobilité de deux enseignants-chercheurs, qui lui a été accordée avec la condition qu’elle effectue ce déplacement avec un enseignant-chercheur d’une autre faculté. « Connaissant Florence Berne, un temps nous étions regroupés au sein d’un même laboratoire (Chimie et microbiologie de l’eau), je savais qu’elle pouvait être intéressée par cette proposition. » Ce qui a été le cas. Elle était particulièrement motivée par le fait d’inscrire les étudiants du parcours Eau et génie civil, secteur dont elle a la direction, dans une dimension internationale. « Nous avons peu de liens avec l’Indonésie, note Florence Berne. Dans la volonté d’encourager nos étudiants à partir étudier un semestre à l’étranger ou effectuer un stage, mieux connaître ces universités était une bonne opportunité pour établir de futurs contacts. À distance, c’est très compliqué d’envisager une collaboration. »

Ce déplacement a été l’occasion pour les deux enseignantes de présenter chacune les spécialités de leur faculté respective et d’effectuer neuf heures de cours par semaine dans chaque université. « L’intérêt de ces déplacements est aussi de contribuer au rayonnement de notre université à l’international », note Christine Imbert.

Cette dernière en a également profité, par rapport aux recherches qu’elle mène, pour aller à la rencontre d’une société pharmaceutique high-tech qui travaille sur la valorisation de plantes utilisées en médecine traditionnelle. Un de ses étudiants y effectuait un stage. « L’objectif était de voir dans quelle mesure les substances naturelles qu’elle développe peuvent déboucher sur de nouvelles stratégies thérapeutiques anti-biofilm et envisager à terme une collaboration. »
Une richesse des échanges qui a été confortée par un accueil exceptionnel. « Pendant ces quinze jours nous avons été entièrement prises en charge, week-end compris. Les gens ont été très chaleureux et disponibles avec nous, un exemple à suivre », conclut Christine Imbert.

Site web Erasmus + Mobilité internationale de crédits

Publié par webmaster

Dernière mise à jour le 16 novembre 2017


"L’esprit grand ouvert"

À l’Université de Poitiers, l’ouverture à l’international occupe une place essentielle, permettant à ses laboratoires de recherche et ses départements de formation un rayonnement et une attractivité dans un grand nombre de pays étrangers.
À l’occasion de la campagne de communication « L’esprit grand ouvert », retrouvez les portraits de celles et ceux qui font l’international à l’Université de Poitiers.
Recherche d'une actualité


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr