Doctorant iranien en famille

Meghdad Mirebrahimi est doctorant en 2e année au sein du Laboratoire de Mathématiques et applications. Cet iranien a choisi l’Université de Poitiers pour son haut niveau scientifique. Une décision qui a eu des répercussions sur la vie de sa famille.

Meghdad et Nasim Mirebrahimi

Meghdad et Nasim Mirebrahimi

Meghdad est arrivé à l’Université de Poitiers il y a deux ans. Après son master, décidé à poursuivre ses études dans un pays de l’Union européenne, il a mené des recherches pour trouver un directeur de thèse qui l’accompagnerait dans ses travaux sur les probabilités et les statistiques.

Le haut niveau scientifique de l’Université de Poitiers

Cet anglophone explique « après avoir lu des articles et mener des recherches sur Internet, j’ai identifié Pierre-Yves Louis* comme pouvant être mon superviseur. Je l’ai contacté et il a accepté que je me joigne à ses travaux qui présentaient une approche similaire à mon sujet de recherche. » C’est ainsi que Meghdad a jeté son dévolu sur la France, et plus précisément sur l’Université de Poitiers.

Un choix qu’il apprécie pleinement aujourd’hui, notamment du fait de ses conditions de travail qu’il juge très satisfaisantes. « Mon superviseur est très disponible et réactif. J’ai également la chance d’échanger avec les membres du groupe de recherche, d’autres professeurs et étudiants, de participer chaque semaine à des séminaires… ».  Une multiplicité de rencontres qui enrichit ses travaux.

Meghdad a effectué sa première année de thèse de doctorat, loin de sa femme, enseignante en Iran qui a dû terminer l’année scolaire. « Cette année vécue seul a été un peu difficile » confie-t-il.  Heureusement, celle-ci l’a rejoint l’année suivante.

La culture et le patrimoine français

Depuis un an, Nasim, la femme de  Meghdad, suit des cours de français langue étrangère (FLE) à l'Université. « J’ai étudié la littérature persane en Iran avant de lire des poésies de plusieurs auteurs français. J’aime bien le français. Je trouve que c’est une langue très poétique. » Mari et femme vivent depuis au rythme de leurs études respectives. « Meghdad travaille beaucoup » explique Nasim, admirative. Il est le plus souvent sur le site du Futuroscope. Nasim suit, quant à elle, ses cours assidument sur le campus. Après son doctorat, fin 2018, Meghdad espère trouver un post doc dans l’hexagone. Si c’est le cas, ils resteront ; sinon, ils repartiront dans leur pays d’origine.

A ses heures libres, le couple est particulièrement attentif à la culture et l’art français. Il est également très curieux de la richesse historique et patrimoniale poitevine, une ville dont ils aiment la verdure. Mari et femme disent aussi apprécier la gentillesse des poitevins. Une confidence agrémentée de deux larges sourires !

* Maître de conférences, HDR au Laboratoire de Mathématiques et Applications

Publié par webmaster

Dernière mise à jour le 8 novembre 2017


« L’esprit grand ouvert »

À l’Université de Poitiers, l’ouverture à l’international occupe une place essentielle, permettant à ses laboratoires de recherche et ses départements de formation un rayonnement et une attractivité dans un grand nombre de pays étrangers.
À l’occasion de la campagne de communication « L’esprit grand ouvert », retrouvez les portraits de celles et ceux qui font l’international à l’Université de Poitiers.
Recherche d'une actualité


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr